HEC

Spécialiste de la sous-traitance en habilitations électriques

actualités

News & blog

BLOG

Tout savoir sur les formations en habilitations électriques.

Pour rappel, HE Contrôle Formation est un centre de formation dédié à la sous-traitance de formations en habilitations électriques. Notre structure vient en aide aux centres de formation afin de leur proposer des formations clé en main partout en France.

Nos formations s’appuient sur quatre grands piliers :

  • Les habilitations non-électriciens BT et HT.
  • Les habilitations électriciens BT et HT.
  • Les habilitations véhicules électriques, hybrides et engins.
  • Les métiers de l’électricité.

Nos formateurs en plus de la réalisation de la formation, auront pour le centre de formation commanditaire, un rôle décisif car ils vont donneront à l’issue de la session, un avis favorable ou défavorable à l’obtention d’un titre l’habilitation. Aujourd’hui, nous vous proposons un article global qui nous en sommes sûrs, vous éclairera sur l’habilitation électrique !

Qu’est-ce que l’habilitation électrique :

L’habilitation électrique est une exigence réglementaire qui concerne tous les travailleurs qui ont à effectuer des opérations sur les installations électriques ou dans leur voisinage. (Code du travail Art. R 4544-91 et R 4544-10 ). Toutes les prescriptions de la prévention des risques électriques sont régies par la norme NF C 18-510 / A1 et NF C 18-550, et éclaircies à l’aide de l’ED 6127 et l’ED 6313 de l’INRS.

Afin de travailler en sécurité dans des environnements électriques il est nécessaire d’effectuer une formation préalable.

Les habilitations électriques couvrent plusieurs champs, elles vont concerner les opérations d’ordre électrique et également non électrique.

Définition :

"L’habilitation électrique est la reconnaissance par l’employeur, de la capacité d’une personne placée sous son autorité, à accomplir en sécurité vis-à-vis du risque électrique les taches qui lui sont confiées." ( NF C 18-510 5.1.2 page 41 )

C’est ici que HE Contrôle Formation intervient. Vous trouverez ci-dessous les neuf PGP (Principes Généraux de la Prévention ) :

Les neuf Principes Généraux de la Prévention : (Code du travail Art. L 4121-1 à 4121-5 ) :

  • 1 : Eviter les risques.
  • 2 : Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités.
  • 3 : Combattre les risques à la source.
  • 4 : Adapter le travail à l’homme.
  • 5 : Tenir compte de l’état d’évolution de la technique.
  • 6 : Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas ou moins.
  • 7 : Planifier la prévention en y intégrant la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants.
  • 8 : Prendre des mesures de prévention collectives en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelles.
  • 9 : Donner des instructions appropriées aux travailleurs.

La démarche d’habilitation :

On pourrait résumer la démarche d’habilitation en 7 étapes :

  • Etape 1 : Analyser l’activité de l’entreprise, afin de bien cerner les tâches que l’on va attribuer aux salariés et de faire les bons choix de formation.
  • Etape 2 : Compétences et aptitudes à réaliser les tâches. Là aussi, c’est à l’employer d’évaluer l’aptitude de son salarié à réaliser ou non les tâches.
  • Etape 3 : Vérifier que l’analyse de l’activité et l’évaluation des compétences et des aptitudes sont en adéquation.
  • Etape 4 : Formation préalable à l’habilitation théorique et pratique. C’est là que nos formateurs en habilitations électriques interviennent.
  • Etape 5 : Avis positif ou négatif au vu des résultats de la formation théorique et pratique. N’oublions pas que c’est à l’employeur de délivrer ou non le titre d’habilitation.
  • Etape 6 : Habilitation du ou des salariés.
  • Etape 7 : Suivi de l’habilitation.

Comment analyser correctement l’activité de l’entreprise :

C’est la toute première étape de la démarche d’habilitation. Pour analyser correctement son activité il faut étudier les points suivants :

  • Le type d’opération (électrique ou non).
  • La fonction du travailleur.
  • La nature des opérations.
  • Le type et les caractéristiques des installations et appareillages (domaine de tension, nature du courant et technologie utilisée).
  • Les conditions de réalisation des travaux envisagés.

Comment prendre en compte les compétences et aptitudes du travailleur devant être habilité :

Passons à la deuxième étape de l’habilitation, il s’agit de bien vérifier que le salarié concerné ait les compétences et les aptitudes nécessaires. Pour cela, il faut évaluer :

  • Les compétences techniques : diplômes, titres ou certificats professionnels ou expérience dans le domaine.
  • Les aptitudes du travailleur : expérience de la personne et savoir-être. Ces critères peuvent varier selon les tâches que le salarié va devoir accomplir.

Vérifier l’adéquation entre l’analyse de l’activité et les compétences et aptitudes du salarié :

C’est très simple, il faut s’assurer de l’adéquation entre l’étape 1 et 2. Il faut que l’activité envisagée et les compétences et aptitudes du salarié lui permettent d’exécuter les tâches en toute sécurité vis-à-vis du risque électrique.

Attention tout de même à bien comprendre que la formation en habilitation électrique apporte uniquement des connaissances sur la prévention des risques. Si le travailleur n’a pas les connaissances techniques (notion d’électricité selon les niveaux d’habilitations), il sera nécessaire qu’il soit formé techniquement au préalable.

Les prérequis à la formation à l’habilitation :

Dans les formations dites « non-électriciens » (Tronc commun 1) : Aucune connaissance en électricité n’est demandée, en revanche les apprenants doivent être en capacités de comprendre les instructions de sécurité. (NF C 18-510 D 2.2.1 page 204).

Dans les formations dites « électriciens » (Tronc commun 2) : Avoir dans le domaine de tension considéré sur les ouvrages ou les installations électriques des compétences en électricité résultant d’une formation ou d’une pratique professionnelle. (NF C 18-510 D 2.3.1 page 204).

L’apprenant sera amené à différencier les grandeurs électriques, identifier les dispositifs de protection contre les contacts directs et indirects, identifier les équipements électriques et enfin lire un schéma électrique.

La formation à l’habilitation :

Le choix de la bonne formation, relève des étapes précédentes. L’objectif de la formation est clair : « faire acquérir une compétence professionnelle dans le domaine de la sécurité électrique pour l’exécution des opérations et les mesures d’urgence à prendre en cas d’accident ou d’incendie d’origine électrique ».

Au cours de la formation, le formateur va devoir effectuer une partie théorique et une partie pratique. Son rôle va être d’évaluer les connaissances des apprenants et de délivrer un avis sur la future habilitation des apprenants.

L’avis de fin de formation :

Une fois la formation terminée, le formateur va émettre un avis et le remet à l’employeur et à l’apprenant. C’est ensuite à l’employeur de prendre en compte cet avis et d’habiliter ou non son salarié en fonction de son activité.

L’habilitation :

C’est l’employeur qui délivre l’habilitation au salarié. Il lui remet donc un « titre d’habilitation » ainsi qu’un carnet de prescriptions.

Le suivi de l’habilitation :

L’habilitation doit être examinée au moins une fois par an et chaque fois que cela s’avère nécessaire en fonction des modifications du contexte (NF C 18-510 5.4  page 44).

En effet, après un certain temps il est nécessaire que le salarié repasse sa formation à habilitation afin de vérifier ses compétences nous appelons cela le « recyclage ».

Un recyclage est à dispenser selon une périodicité à définir par l’employeur en fonction des opérations effectuées. (NF C 18-510 5.5 page 45).

La périodicité recommandée est de 3 ans, pour une pratique occasionnelle ou exceptionnelle elle peut être réduite (INRS ED 6127 page 37).

Le rôle de l’employeur :

Être habilité ou obtenir une habilitation est en réalité une reconnaissance par l’employeur, de la capacité d’une personne placée sous son autorité d’accomplir en sécurité vis-à-vis du risque électrique les tâches qui lui sont confiées (NF C 18-510 5.1.2 page 41). En revanche, l’habilitation du travailleur n’est pas directement liée à sa position hiérarchique ni à sa qualification professionnelle.

L’employeur doit :

  • S’assurer de la formation du personnel amené à réaliser une intervention (NF C 18-510 10.5.1 page 133).
  • Définir le cadre et les limites d’une intervention (NF C 18-510 10.5.1 page 133).

L’employeur a donc la responsabilité de délivrer ou non une habilitation à un salarié après qu’il ait été formé. Toutefois, la délivrance d’une habilitation par l’employeur ne suffit pas à le dégager de toute responsabilité. L’employeur est tenu de se référer et de respecter le « Code du travail » régissant la conception et l’utilisation des installations électriques.

En conclusion :

La validation de la formation à l’habilitation électrique se fait à partir des évaluations théoriques et pratiques en termes de sécurité électrique, non pas en termes d’évaluation des compétences techniques des stagiaires.

Auteur de l'article

Patrice

Directeur formation